« Marche en eau de mer » et Santé depuis l’antiquité , Thierry Roudil

/ / Non classé
Marcher dans l’eau de mer, c’est la pratique sportive tendance du moment. Surtout en été. Mais aussi en hiver. C’est simple, ouvert à tous et bon pour la santé.  Dixit Hippocrate lui-même.
Site www.Novom.fr et interview de Thierry ROUDil, auteur de « Marcher dans l’eau de mer ». Editions Amphora avec Alain Delmas et ancien professeur de préparation physique à l’université de Sports Montpellier-2.

L’iconique grand médecin des grecs expédiait ses patients blessés de guerre marcher dans la mer Egée version antique du Sea-fitness. Pour se requinquer. Et les  guerres étaient permanentes en  ce temps-là. En Languedoc, Thierry Roudil, spécialiste de la préparation physique des sportifs de haut niveau, a posé les bases de cette discipline vertueuse. Car, pour garder la forme, incontestablement cette pratique  est le sport idéal. La discipline propose une dépense calorique hors-normes. Elle ménage les articulations et les cartilages et promet un renforcement musculaire en profondeur. « Le travail physique dans l’eau de mer entraîne une importante dépense calorique. Le corps humain à 37°C doit lutter contre la plus faible température de la mer qui se situe en général entre 17 et 23°C, voire bien plus bas en hiver. Quand on produit un effort musculaire, on doit lutter contre la pression de l’eau qui est très largement supérieur à celui de l’air. En général la masse volumique est plus de 800 fois supérieur » explique Thierry Roudil, . Il s’agit de comprendre comment la pression de l’eau peut agir sur le corps humain. Mais on peut aussi pratiquer sans résoudre les équations de biomécanique proposées par le professeur Roudil. Selon ses calculs  validés par des expériences  de bio-mécanique,  la vitesse d’exécution  est prépondérante dans la dépense d’énergie et le travail des muscles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *